Betti Combo, les Samuel Beckett à l’italienne.

betti_combo3@Benoit Martrenchar

Betti Combo, les Samuel Beckett à l’italienne.

Sophie Costantini No Comment
Culture La presse écrite
Par Jade PAYET

Bien que moins tragique que Fin de partie ou En attendant Godot, le tout premier spectacle de Betti Combo, fruit de deux ans de travail, nous fait étrangement penser au théâtre de l’absurde. En 50 minutes, ce petit ensemble musical nous fait pénétrer dans un univers déjanté, qu’on a plus envie de quitter…

Al Cubo « au cube », c’est le projet de fin d’études de la jeune compagnie italienne des arts du cirque, Betti Combo. Dirigée par les trois acteurs Christian Courin, Ilaria Senter et Fabrizio Rosselli, ayant fait connaissance à Flic, l’école de cirque de Turin (Italie), la mise en scène explore les merveilles du cirque en passant par les acrobaties, les prouesses physiques, la naïveté des clowns et surtout une imagination sans bornes où l’équilibre ne tient qu’à un fil. Trois personnages, deux ukulélés, un mât chinois et une dizaine de seaux en plastique qu’ils lancent, rattrapent, empilent, seuls ou en équipe. S’aidant ou se défiant, les trois personnages, à travers de nombreuses constructions, destructions et manipulations nous montrent que dans un voyage ce n’est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout. Les détours, car en appliquant leur imagination à l’objet le plus banal, en se chamaillant et en s’apprivoisant, ils construisent des édifices éphémères de seaux et dans le même temps, des relations humaines. Maladresse du clown et habileté de l’acrobate, ténacité, volonté, incertitude et amour se mêlent à cette création sans pareil, car après tout, c’est le simple plaisir de faire et d’être qui importe vraiment. « Et voilà, depuis tout ce temps on le voulait, et maintenant on l’a », nous rapporte Ilaria, indifférente, une fois leur construction achevée. Puis, un pain de dynamite est allumé, et les seaux tombent à nouveau dans un vacarme cette fois presque rassurant. Un condensé d’émotions contraires qui nous mène à une certaine sérénité de l’âme sans que l’on sache vraiment pourquoi.

Une sortie du Pass culture du Lycée Pierre Poivre

Spectacle programmé au Séchoir.