France VS Allemagne : le match des systèmes scolaires

France VS Allemagne : le match des systèmes scolaires

Sophie Costantini No Comment
Focus La presse écrite

Par L.L

Avoir son Baccalauréat en France ou son « Abitur » en Allemagne est la priorité de chaque élève. Cependant,ces deux systèmes sont très différents.

Une enquête sur les rythmes scolaires dans deux pays européens…

Marion, élève française au Lycée Pierre Poivre nous décrit sa journée type. Sa première heure de cours commençant à 8h,elle doit prendre le bus à 6h15.À la fin de la journée, rebelote, la journée se termine à 17h25, elle arrive chez elle à 18h10. « Epuisée de ma journée, j’arrive chez moi dans la pénombre. Après avoir mangé, après m’être douchée, il est déjà 20h. Je prends le bus très tôt et habituée à ne pas dormir très tard, il m’est impossible de dormir après 22h30. », rapporte la lycéenne qui accepte très mal le système scolaire français. C’est en fait le quotidien de la jeune fille qui a cours du lundi au samedi.

lauriane 1

En effet, d’après un membre de la Fédération des Coachs scolaires et des jeunes,les élèves sont surchargés de travail, contraints de lire des piles de livre, de bachoter des formules, de rédiger trois interros par semaine et de faire énormément de devoirs chaque jour. De plus, il rapporte que plus de 70 % des connaissances acquises de cette manière s’envolera des jeunes têtes avant même la fin du secondaire.

La surcharge de tests conjugué à la pression des professeurs et de la société est un moyen parfait pour faire apparaître le stress chronique tuant ainsi les cellules gliales du cerveau. Selon cette fédération, les élèves doivent avoir un espace confortable pour apprendre en s’amusant, en explorant et en expérimentant, c’est-à-dire pratiquer des activités manuelles pour avoir de vraies compétences. Mais il est difficile de pratiquer une activité extra-scolaire avec de telles horaires.

« Je me sens comme une machine scolaire » sont les paroles douloureuses de Marion. Elle nous raconte qu’elle essaie de se relaxer le week-end mais se sent coupable de ne pas travailler. Tout ceci crée une démotivation importante chez les élèves pouvant influencer leur carrière. Cette démotivation crée un taux important d’absentéisme scolaire qui est de 9 % pour une journée selon l’Etudiant .

Faisons l’enquête chez nos voisins allemands. Nous nous appuyons donc sur une journée type d’un jeune allemand venu pour une longue période sur la terre française. Ses cours commencent à 8h et se termine trois fois par semaine à 15h30 sinon à 13h05.  « Après cela ,je retrouve des amis ou ma petite- amie ou bien je fais du sport ». En effet , l’après-midi , les élèves peuvent également se retrouver dans des « Arbeitsgemeinshaften » , littéralement groupe de travail ou bien effectuent des activités culturelles, manuelles ou artistiques. Ces dispositions ont une influence positive sur les notes individuelles, sur l’estime de soi, sur la motivation ainsi que sur le comportement social de l’enfant.

«Lors de mon premier jour au lycée français, je pensais que c’était une mauvaise blague d’avoir cours le samedi et quatre fois par semaine jusqu’à 17h25. À mon avis, le système est trop fatiguant, et le niveau scolaire est aussi souvent très bas.Il faut changer quelque chose pour permettre aux élèves d’avoir une vie en dehors de l’école » est le commentaire du lycéen allemand. Le commentaire d’une autre allemande, effectuant le programme Brigitte-Sauzay rapporte le même mépris du système français : « Ici, l’école est un peu comme une prison, on ne peut pas sortir quand on veut, on a beaucoup moins de libertés qu’en Allemagne. En plus que ça , la journée est trop longue. Je préfère de loin le système scolaire allemand. ».

Lauriane 2

Le « Programme international pour la suivie des acquis des élèves» est un ensemble d’études menées par l’organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui réunit les pays développés. « Pisa » ne considère que la lecture, les maths et les sciences chez les jeunes de 15 ans. En 2012, les résultats ont montré une chute au 25ème rang de La France contre l’Allemagne qui obtient la 16ème classe révèle le Figaro.

Les résultats parlent d’eux-mêmes.