Un championnat de France à la case…

Un championnat de France à la case…

Sophie Costantini No Comment
Focus La vidéo
Reportage de Louis Cagnat

Au départ, ça ne paraît pas ce que c’est… De la lutte… Direct, tu as l’image du gréco-romain sur le stade d’Olympie, pas loin du discobole, tandis que Socrate tape la discussion avec 2 ou 3 disciples, derrière. Et puis tu rencontres quelqu’un de passionné, qui te fait comprendre l’ampleur de l’événement… Du 31 mars au 2 avril ont eu lieu les championnats de France de lutte à St Joseph. Une organisation impeccable et un formidable engouement autour de l’événement. En images, par Louis Cagnat.

Nous sommes allés à la rencontre d’Yves Russier, professeur d’EPS au lycée Pierre Poivre et responsable de la section lutte. Suite à une demande déposée depuis plusieurs années, le championnat de France UNSS (sport scolaire) se voit organisé à Saint Joseph Réunion: c’était une première victoire selon lui!

Pas moins de huit académies ont envoyé leurs meilleurs représentants: Lyon, Poitiers, Toulouse, Grenoble, Amiens, Strasbourg, Versailles, Lille, pour une semaine de découverte, d’échanges et de compétitions, of course. A chaque jour sa surprise pour les compétiteurs: Maîdo, volcan, lagon, marché…….et entraînements. La fin du séjour s’est faite en famille d’accueil durant les trois derniers jours.

Côté compétition, elle s’est déroulée sur deux jours : le jeudi , groupes de qualifications et le vendredi, les finales et protocoles. Un gymnase plein : rempli par les très jeunes (primaires), moins jeunes collégiens et lycéens, et des parents d ‘abord curieux, puis survoltés ! Belle ambiance à St Joseph, autour d’un sport qui fait des émules pour ce qui restera  une belle fête et un palmarès :

Les deux établissements de Saint Joseph déjà champions d’académie, le collège A.Grondin et le lycée Pierre Poivre, se taillent la meilleure part, leur équipe respective obtenant le titre en minimes et cadets, catégorie excellence , voici une juste récompense pour ces élèves qui tentent de mener de front études et une quinzaine d’heures d’entraînement hebdomadaire. Cette performance trouve un écho en métropole, où ces mêmes lutteurs sont déjà sollicités.

Pas rassasiés, les voilà qui se renseignent sur le lieu des prochains championnats !

Bonne route à eux…